Vous recherchez une information ?
Consultez la sélection d'articles de la revue Unilet Informations en cliquant ici
Menu_nous
Culture par culture
Carottes
La culture
La plante
Les variétés
L’implantation
La fertilisation
L’irrigation
Le désherbage
Les maladies racinaires
Les maladies de végétation
Les ravageurs
La récolte

Carottes > L’IMPLANTATION

L’IMPLANTATION

Le choix de la parcelle

Les sols sableux et sablo-limoneux, bien drainés, sont ceux qui conviennent le mieux à la culture des carottes. Les sols sableux permettent une croissance rapide des plantes (bon réchauffement du sol au printemps) et une récolte plus aisée (ressuyage rapide, arrachage et déterrage faciles). Si la récolte est parfois délicate dans les terrains sablo-limoneux, les rendements y sont souvent meilleurs grâce à une bonne réserve hydrique et minérale. Pour les carottes Amsterdam, il est préférable de ne pas dépasser des teneurs en argile de 10 à 15 %. On peut par contre cultiver des carottes de type Flakkee avec 20 % d’argile.

Les parcelles présentant des cailloux sont à exclure car elles posent des problèmes de conformation de racines, de peuplement et d’arrachage. Une petite proportion de cailloux est toutefois tolérée en jeunes carottes, dans la mesure où les racines sont courtes et la récolte réalisée par préhension des fanes.

La profondeur du sol doit être de 30 cm minimum. Il existe en effet une relation directe entre la profondeur d’enracinement et le rendement, notamment en grosses carottes. Les parcelles planes, homogènes, sans pente prononcée et sans mouillères sont également privilégiées.

Enfin, le pH doit être supérieur à 5,5, l’optimum étant compris entre 6 et 7,5.

La rotation

Une rotation de 5 ans entre deux cultures de carottes est recommandée afin d’éviter :

  • des problèmes phytosanitaires dus à des ravageurs (nématodes) ou à des maladies (Cavity-spot, rhizoctone violet, sclérotinia),
  • des baisses de rendement par fatigue du sol,
  • une perte de qualité des racines (racines courtes, calibres hétérogènes).

Les précédents à préférer sont ceux qui, s’ils n’améliorent pas la structure du sol, au moins ne la dégradent pas. Les céréales constituent un bon précédent, à condition de ne pas laisser de paille mal décomposée qui ferait obstacle aux racines de carotte.

La préparation de sol avant semis

La préparation de sol est capitale pour la réussite de la culture. La qualité du lit de semences doit permettre un bon contact sol-graine, propice à la germination, ainsi qu’un enracinement profond. L’objectif est donc d’obtenir un sol meuble sur 15 cm en jeune carotte et 20 cm en grosse carotte. Une texture fine, avec quelques mottes en surface pour éviter les croûtes de battance, est idéale. Enfin, un bon « rappuyage » du sol est nécessaire pour garder l’humidité tout en limitant le tassement.

Il convient de travailler sur sol ressuyé afin de ne pas créer de lissages qui feraient obstacle à la croissance des racines.

Le semis

Une profondeur de semis de 1 cm est idéale pour obtenir une levée rapide. Un semis plus profond retarde la levée, affaiblit les plantules et provoque des pertes de peuplement. Il accroît par ailleurs les risques d’accidents climatiques ou parasitaires dus au retard de levée.

Les jeunes carottes

Si le semis en planches est pratiqué par certains, la technique du semis à plat reste majoritaire en France. Les rangs sont espacés de 35 à 45 cm et le semis est éclaté sur une bande de 6 à 10 cm de largeur. Dans ces conditions, le rendement optimal est obtenu avec un peuplement de 350 à 450 racines par mètre linéaire. En fonction du pourcentage de levée des semences, la densité de semis atteint généralement 500 à 600 graines par mètre linéaire. Cela correspond à 12- 13 kg de semences par hectare.

Une trop forte densité se traduit par une perte de plantes à la levée et l’obtention de racines courtes et fines. A l’inverse, une trop faible densité engendre une hétérogénéité de la taille des racines, un rendement plus faible et une maturité avancée.

Les grosses carottes

En grosses carottes, la densité de peuplement idéale est comprise entre 10 et 15 racines par mètre linéaire, ce qui correspond à 0,5 kg de semences par hectare (Poids de Mille Grains = 0,6 à 2 grammes). Plusieurs types de semis sont envisageables :

  • semis à plat avec des rangs espacés de 40- 45 cm,
  • semis sur planches de 1,5 à 1,7 mètres, avec 4 rangs espacés de 35 cm par planche,
  • semis sur buttes espacées de 50 à 70 cm avec 1 ou 2 rangs par butte.

Le semis à plat est le plus courant. Le semis en planches est également pratiqué en sol lourd. Le semis sur buttes permet d’obtenir des racines plus longues et facilite la récolte en conditions difficiles. Les rendements tendent par contre à être plus faibles car l’utilisation de l’espace n’est pas optimale.