Vous recherchez une information ?
Consultez la sélection d'articles de la revue Unilet Informations en cliquant ici
Menu_nous
Culture par culture
Carottes
La culture
La plante
Les variétés
L’implantation
La fertilisation
L’irrigation
Le désherbage
Les maladies racinaires
Les maladies de végétation
Les ravageurs
La récolte

Carottes > LA FERTILISATION

LA FERTILISATION

Besoins en éléments minéraux

Mobilisations et exportations d’une culture de carotte en éléments minéraux

 

Jeune carotte de type Amsterdam
Grosse carotte de type Flakkee

 

MOBILISATIONS (/ha)

EXPORTATIONS à la récolte (/ha)

MOBILISATIONS (/ha)

EXPORTATIONS à la récolte (/ha)

Azote (N)

110 kg*

45 kg (40 %)

200 kg

135 kg (65 %)

Phosphore (P 2O 5)

50 kg

25 kg (50 %)

110 kg

80 kg (70 %)

Potassium (K 2O)

350 kg

160 kg (45 %)

600 à 700 kg

440 kg (65 %)

Calcium (CaO)

125 kg

20 kg (15 %)

210 kg

50 kg (25 %)

Magnésium (MgO)

25 kg

10 kg (40 %)

40 kg

20 kg (50 %)

Soufre (SO 3)

45 kg

15 kg (30 %)

70 kg

35 kg (50 %)

Fer (Fe)

5150 g

970 g (20 %)

2300 g

720 g (30 %)

Manganèse (Mn)

475 g

90 g (20 %)

470 g

140 g (30 %)

Cuivre (Cu)

40 g

15 g (40 %)

85 g

35 g (40 %)

Zinc (Zn)

165 g

65 g (40 %)

440 g

240 g (55 %)

Bore (B)

215 g

80 g (40 %)

450 g

215 g (50 %)

Molybdène (Mo)

2 g

0,5 g (25 %)

6 g

2 g (30 %)

Ces chiffres représentent une situation moyenne, établie en 1996 et 1997, à partir de 10 parcelles de jeunes carottes et 8 parcelles de grosses carottes, récoltées par machine.
* : Dans le bilan azoté, prévoir un reliquat au sol de 20 kg/ha à la récolte (réserve tampon).

Fertilisation azotée

La carotte n’est pas une plante particulièrement nitrophile. L’azote sert surtout au bon démarrage de la végétation. En cas d’excès, le feuillage se développe au détriment des racines et devient plus sensible aux maladies foliaires. Des défauts de coloration des racines peuvent également apparaître. Le bilan azoté est donc indispensable pour ajuster au mieux les apports aux fournitures su sol (reliquats + minéralisation).

Les besoins en azote de la carotte Amsterdam sont de l’ordre de 110 kg/ha. Ce légume étant récolté en phase active de croissance, il est recommandé d’y ajouter une réserve tampon de l’ordre de 20 kg/ha. Cette réserve évitera une dégradation trop rapide du feuillage en cas de récolte retardée.

Concernant la grosse carotte, les besoins sont de l’ordre de 200 kg/ha. La récolte ayant lieu à maturité, aucune réserve tampon n’est nécessaire.

Le fractionnement des apports, qui permet de mieux répondre à l’évolution des besoins de la carotte et de limiter le lessivage en sol sableux, n’est intéressant que pour la grosse carotte en raison de son cycle long. Le premier apport, au semis, doit néanmoins être conséquent (2/3 du total) pour assurer un début de croissance correct des plantes. Le second interviendra au stade 4 feuilles vraies, voire un peu plus tard.

Au semis, la forme d’azote est indifférente. En végétation, ce sont les forme ammonitrate ou nitrate de chaux que les plantes valorisent le mieux.

Fumure phospho-potassique

Les 50 kg/ha d’acide phosphorique mobilisés par la carotte Amsterdam ne nécessitent pas de fertilisation spécifique, les teneurs rencontrées dans les sols étant souvent très confortables. Par contre, pour la grosse carotte qui mobilise près de 110 kg/ha, une fumure d’entretien de 50 à 60 kg/ha peut s’envisager sur les sols à faibles teneurs.

En revanche, la fertilisation potassique est une nécessité avant toute culture de carotte mais son niveau se situe très en deçà des prélèvements du fait de la richesse des sols dans les zones de production : de 150 à 200 kg/ha de potasse pour la carotte Amsterdam, et de 250 à 300 kg/ha pour la grosse carotte. En cas de teneurs élevées dans les sols, la carotte peut prélever des quantités de potasse très importantes, sans impact sur le rendement ; on parle alors de consommation de luxe.

Autres éléments minéraux

Le calcium est un élément important dans l’alimentation minérale des carottes. C’est pourquoi la culture valorise bien les amendements calciques, notamment sur les sols acides de Bretagne. Sur les sols sableux à faibles teneurs en matière organique, il faut aussi veiller aux disponibilités en magnésium et en soufre. Des apports de bore et de manganèse doivent également s’envisager si les teneurs du sol sont faibles, notamment en sols sableux, avant culture ou en végétation.